eRound The World
New YorkMiami


Haïti, ça fait un peu rêver les gens à qui on peut annoncer « je pars 3 semaines à Haïti », certainement parce que c’est proche de Tahiti par le nom mais non ce n’est pas le même endroit, loin de là. D’ailleurs on ne dit pas « à » mais « en Haïti », c’est un pays des Caraïbes, à moins de 100 kilomètres au sud est de Cuba, sur l’île de la Hispaniola qu’il partage avec la République Dominicaine (un haut lieu des touristes Club Med et compagnie notamment à Saint-Domingue ou Punta Cana).
Mais moi c’est à Port-au-Prince, la capitale, que je vais poser mes bagages pendant 19 jours pour un projet de planification scolaire pour le Ministère de l’Education et de la Formation Professionnelle ainsi que le Centre National de l’Information Géo-Spatiale.

IMG_7857

Le décor est planté, je pars de Paris avec un vol direct Orly Sud > Port-au-Prince sur la compagnie Air Caraïbes, wouh ! Sa ka maché doudou ! (3 mots de créole que je connais). 9h35 de vol ça passe facile, surtout qu’à l’enregistrment j’ai eu la chance d’entendre les questions magiques « Vous n’avez pas de problème de santé ? Vous avez une préférence pour le siège ? » qu’il faut traduire par « l’issue de secours c’est pour vous », ce qu’il faut encore traduire par : De la place pour les jambes, le hublot sans déranger personne pour se lever, l’idéal…Great ! A bord on se met dans l’ambiance avec ti’punch et jus de goyave à l’apéro. RAS sur le voyage, quelques films, une sieste et un peu de musique plus tard, arrivée sur le sol Haïtien après avoir survolé la république dominicaine et avoir aperçu quelques eaux turquoises.

IMG_7870

Sorti de l’avion, je prends un coup de suée pour rejoindre le bus stationné sur le tarmac, le 33 degrés à l’ombre et l’humidité se font ressentir assez vite ! Je suis déjà en nage. L’accueil dans l’aéroport se fait sous le son des tam-tams et maracas par un groupe local tout vêtu de jaune et de rouge. C’est très agréable. Pour entrer sur le territoire, il n’y pas de demande de visa nécessaire si la durée du séjour est inférieure à 90 jours. Le visa temporaire est payé sur place à l’aéroport (10USD). Allez vite vite un nouveau tampon sur le passeport (en espérant toujours qu’il ne le fasse pas par dessus un tampon existant). J’adore ! Même s’il a empiété sur le tampon de Chicago 2013, grrrr.

IMG_7887

A la sortie de l’aéroport, un chauffeur avec le logo du CNIGS et mon nom sur une pancarte m’attend, il y a 20min de trajet entre l’aéroport et l’hôtel, à peine de quoi voir à quoi ressemble la capitale. On remarque encore les stigmates du tremblement de terre de 2010, les gravas, les pans de maisons éventrées par endroit et beaucoup de bâtiments en reconstruction. Niveau ambiance, ça ressemble dans certaines mesures au Congo ou au Sénégal, beaucoup de gens dans les rues, dans vendeurs partout à l’abri sous des parasols fournis par les compagnies téléphoniques (Digicel, Natcom) qui en profitent pour faire leur pub. Là où ça diffère de l’Afrique, c’est que les routes de la capitale sont toutes asphaltées, en plus ou moins bon état cependant et également une flore exceptionnelle, des palmiers, des bouguinvilliers, des manguiers, amandiers, flamboyants partout. Ce qui permemt de cacher un peu de misère et d’apporter pas mal de verdure et de couleurs.

IMG_7955

Arrivée à l’hôtel, qui ne paye pas de mine de l’extérieur. Il est sécurisé par un guarde armé d’un fusil à pompe, mieux vaut ne pas lui chercher d’ambrouilles. Je suis à l’hôtel Prince, qui se trouve dans un quartier résidentiel très arboré et avec de grandes propriétés.

IMG_7959

On se sent au calme, hormis le bruit des camions qui montent la rue ou les klaxons des voitures et motos. Il y a énormément de relief, des routes très pentues et on se retrouve assez rapidement avec une belle vue sur la mer, ce qui est le cas de l’hotel…Et de ma chambre !

IMG_7989

Chambre qui est immense d’ailleurs, avec 2 lits doubles et un coin salon, bien trop grand pour moi seul mais bon, on ne va pas se plaindre.

On me fait la visite des lieux, il y a 3 terrasses très agréables, une au restaurant, ombragée sous une verrière et des arbres, la seconde, juste au dessus au bord de la piscine et un petit jardin. Et une troisième sur le toit du batiment qui offre une vue panoramique sur la ville.

IMG_7889

La piscine, je vais en profiter, plutôt deux fois qu’une, sachant que je n’aurai pas grand chose à faire d’autre à part Internet, trier les photos, regarder des films et lire (bon vous me direz, il y en a qui sont prêts à payer cher pour faire ça toute une semaine !)

Je passe pas mal de temps sur la description de l’hotel car il faut dire que pendant une semaine je vais ne voir que ça, en attendant le weekend et de pouvoir bouger à l’extérieur.

Le petit déjeuner est très bon : des fruits (mangue, banane, papaye, ananas), des oeufs, du bacon, du lait, bémol sur le jus de fruit qui n’est pas bon car pas du tout sucré, ça a le goût de flotte acide.

IMG_8011

Parlons tout de même du côté professionnel, je suis là avant tout pour le travail. Une formation dans les locaux du CNIGS pour la planification scolaire, il s’agit de transférer les compétences sur les différents logiciels et architectures que l’on a pu mettre en place depuis plusieurs mois, cela passe par l’utilisation d’une application déployée sur 170 qui serviront à la collecte des données scolaires (infrastructures, effectifs des classes pour les élèves et les enseignants, etc.). J’aurai donc chaque jour un petit groupe d’informaticiens qui assisteront à la formation. Le rythme n’est pas très soutenu…Début 10h-12h30, 14h-16h30. Je ne vais pas y rester ! Voici le cadre de travail

IMG_7926

Le midi, le repas est servi dans la salle de formation et ce sera du riz tous les jours, accompagné de poulet, cabri, boeuf ou morue. Au sujet du riz, alternance entre riz blanc ou riz national. Ce dernier est un mélange de riz, haricots rouges, piment et cuit dans du bouillon, c’est très bon, accompagné d’un verre de jus de cerises.

IMG_7954

Après chaque journée, je n’ai qu’une envie c’est de piquer une tête dans la piscine. La chaleur est assez éprouvante, souvent autour des 35° à l’ombre. Et à l’intérieur le ronron des climatiseurs donnent à fond avec du 22°, de quoi être malade. Pas manqué, je vais prendre un léger coup de froid, qui ne durera que 3 jours heureusement.

A l’arrivée le décalage horaire a été un peu difficile les 4 premiers jours, 6h de moins par rapport à la France. la fatigue se fait sentir sur les coups de 19h mais j’essaye de tenir debout jusqu’à 21h, quant au réveil c’est vers 6h (et encore, c’est que je suis un gros dormeur).

Pour résumer la semaine va respecter la routine suivante…réveil, petit déjeuner, attente du chauffeur, attende des stagiaires, formation, repas, formation, piscine, bière (j’y reviendrai), repos, dîner, film, dodo…
Oui concernant la bière, ici on boit local, c’est la Prestige

IMG_7919

Une bière blonde double médaillée comme meilleure bière brassée sur le continent américain. Le tarif est mauvais pour la ligne puisque je tourne à 2 bouteilles 33cl par jour en moyenne. Pour accompagner, un petit bol de pistaches…Qui sont en fait des cacahuètes, on appelle ça pistache en Haïti, ce devrait être interdit ! Aussi, la bière est conservée au congélateur, du coup lorsqu’on la sert dans un verre, le contact avec l’air, produit une espèce de mister freeze goût bière, assez original pour être souligné !

Un autre alcool local, c’est le Rhum Barbancourt, portant le nom d’une famille charentaise (toujours dans les bons coups ceux-là) distillant ce rhum à la manière du Cognac. En cocktail (rhum punch, rhum sour) il est plutôt pas mal.

Allez, semaine terminée ! Vendredi soir, changement d’ambiance, nous sortons dîner avec notre consultant local à La Réserve, un restaurant à Pétion-Ville, une commune voisine de Port au Prince, (le Manhattan local, toute mesure garder). C’est un peu la croix et la bannière pour y arriver, le chauffeur ne sait pas trop où ça se trouve visiblement mais n’ose trop rien dire. Par contre le coup du carré à commencer à m’énerver un peu. C’est quoi le coup du carré ? Ne sachant plus où aller, nous tournons une 1ère fois à droite, 100m plus loin on tourne à droite, 100m plus loin à droite et encore 100m plus loin à droite…Et je ne crois pas qu’il s’en soit rendu compte. Ma boussole de géomaticien commence un peu à devenir folle…Finalement nous y arrivons avec l’aide du consultant par téléphone.

Le cadre est très agréable, on a l’impression d’une grande cabane suspendue dans les arbres et les lianes. Evidemment beaucoup d’étrangers, d’ailleurs on y parle plus l’anglais que le français ou le créole.

garden-2000572

Côté culinaire, rhum punch, crevettes au lait de coco et riz national, présentation gastronomique mais portion astronomique (non je plaisante, c’était juste pour la rime, je rêvais de la faire depuis longtemps)

Le samedi, j’ai le droit à une visite de Pétion-ville rapide, en voiture, voir les grands hôtels, etc. Et puis nous allons prendre le petit déj dans un Starbucks Coffee local « Rebo », c’est une chaine similaire du pays. Et je recommande leurs bagels oeufs-bacon, qui sont justes extras !

IMG_7983

De Pétion-Ville, on a vu sur les bidons villes qui ont poussés comme des champignons sur les collines environnant la capitale, c’est assez impressionant ces barraquements les uns sur les autres. Encore plus haut, sur les sommets, ce sont des villas immenses que l’on distingue, les très pauvres et les très riches comme dans tout bon pays en voie de développement qui se respecte…

IMG_7980

Le reste du weekend ne sera que repos, piscine, bière, bouffe. Parlant de bouffe, le restaurant de l’hôtel est bien, mélangeant plats locaux, américains et européens. On peut donc très bien manger du poulet créole avec frites, un hamburger avec des bananes plantains ou croque madame avec des légumes. J’aurais un petit faible pour la dernière proposition (les légumes c’est pour compenser le burger/frites/bière, je vous l’avoue !)

IMG_7996

La semaine qui suit, même routine, hôtel-boulot-hôtel-boulot…Avec une seule idée en tête : hâte que jeudi soir arrive ! Et oui, le vendredi 1er mai est férié ici aussi pour la même raison qu’en France, fête du travail.

Le vendredi est programmée une sortie à la plage avec quelques membres du CNIGS. Un chauffeur passe me chercher pour 1h15 de route vers le nord. Enfin je vais voir du pays ! La route nationale 1 traverse des villes et villages, on aperçoit quelques montagnes vers l’est, la mer vers l’ouest. Je me demande comment ils passent leur permis ici. Il faut dire ce qui est, c’est l’anarchie sur la route, les lignes continues ne servent à rien, 2 voies, mais 3 files de voiture, les gens traversent n’importe où…Bref, il s’agirait de grandir, c’est fini l’époque des charettes !

IMG_8075

Sur la route, chose impensable, nous sommes amenés à suivre une voiture avec l’écusson du Stade Rochelais ! Improbable, c’est un mirage ! Mais non c’est bel et bien le cas. Je n’ai pas croisé une seule voiture avec un autocollant d’une équipe de sport quelconque que ce soit une équipe de football, football américain, baseball, etc. Et là, du rugby et rochelais en plus, ça valait la photo sinon on ne m’aurait pas cru !

IMG_8073

Les transports en commun sont des voitures avec des bancs à l’arrière, souvent très colorées avec un slogan ou une accroche religieuse, on appelle ça les tap-taps. Il y a la version encore plus grande, les bus, magnifiquement peints

DSC_0789-2

La plage s’avère être un club, genre club Med, je m’attendais à une plage publique mais il y a soit disant trop de monde sur la plage publique, les gens qui peuvent se le permettre vont donc à la plage privée. L’entrée coûte 40$ US avec 10$ de boissons incluses et le lunch également, l’endroit vaut le détour !

IMG_8167

DSC03786

Les Antilles comme sur la carte postale, mer bleue azur, palmiers et cocotiers, punch et musique d’ambiance, tout est là (sauf le sable blanc, ici c’est du galet, et ça fait mal aux pieds !). Il y aussi une piscine mais ce n’est pas intéressant, surtout que c’est plein de marmots ! Il vaut mieux aller faire un tour de chaloupe pour voir la plage de la mer, on peut également voir la plage publique.

IMG_8199

IMG_8203

C’est vraiment un bon moment passé loin de la « misère » de la capitale. On profite, avec quelques billets on se paye un rhum punch (prononcé pontch ici) puis un autre, on fait de belles photos, ça dépayse complètement et on se sent très privilégié.

IMG_8211

Dans l’avion, j’ai pensé bon acheter une coque d’iPhone étanche pour prendre des photos sous l’eau, bonne idée m’en a pris, c’est le parfait endroit pour tester ça. C’est quand même pas mal, les photos au niveau de l’eau rendent bien et puis surtout on peut prendre les poissons, même s’ils sont vifs !

DSC03777

Retour à Port-au-Prince by night, le samedi sera repos toute la journée, piscine et rien d’autre si ce n’est une sortie à Pétion-Ville pour boire un verre…Puis deux puis trois, manger des kibbies (sorte de boulette fourrée à la viande hachée), puis quatre. Me voilà à danser dans un club avec deux personnes du CNIGS. Autant dire que le lendemain sera assez difficile ! Mais une sortie est quand même prévue, on passe me chercher pour aller faire un petit tour du centre ville de Port-au-Prince, que je n’ai toujours pas vu après 2 semaines ici.

Tout est encore très marqué par le tremblement de terre, et les nouvelles constructions peinent à éclore, le palais national n’est toujours pas reconstruit, il ne reste plus rien.

DSC03845

Ensuite nous prenons la route nationale 2 pour visiter une partie du sud du pays jusqu’à Miragoâne d’où la vue comme la mer sont très belles. Il y a d’anciennes mines de bauxites exploitées par les américains, le port est toujours en activité.

IMG_8309

La végétation est magnifique dans ces coins, des bananiers et des palmiers partout. Les villages du bord de la route sont complètement au milieu des bananeraies, ils se fondent dans le décor. La route asphaltée est bonne hormis ces fichus ralentisseurs où il faut passer à 10km/h sous peine de s’envoler.

DSC03849

Sur la route, on s’arrête acheter quelques provisions pour se rafraichier et manger, on me dit de prendre un espèce de paquet de bananes tranchées dans la longueur et frites. Ce sont des chips ! Des chips de bananes plantain, c’est vraiment bon, plus consistant que les chips de pommes de terre. Il faudra bien ça pour faire le trajet retour pendant 1h30, la fin du dernier weekend consistera à regarder des films, boire de l’eau et dormir.

3 derniers jours avant de partir pour une nouvelle destination. Le temps pour moi de gouter à un plat réputé ici, le lambi (c’est le gros coquillage superbe qu’on trouve dans les îles, où l’on peut écouter la mer, la chair ressemble à un mélange de viande et de sèche, avec la sauce créole, excellent !

IMG_8330

Dernière semaine à Port-au-Prince, consacrée à la fin de la formation, à la signature des documents, etc. Et me voilà de retour à l’aéroport pour une aventure américaine !! Go go go Miami !

Laissez un commentaire